Extrait des fondamentaux Corps Vivant Corps Conscient

Extrait du livre : CORPS VIVANT CORPS CONSCIENT Tai Chi – Qi Gong – Stretching postural® De la pratique à la vie quotidienne

Cette vision de nos pratiques découle d’un cheminement et d’une recherche passionnée toujours en cours.

L’humanité est engagée dans un passage étroit : moins de ressources, plus d’humains. Le défi : ne pas détruire la terre et ses habitants humains, animaux et végétaux…et tous les autres. Si j’ai conscience de cela, je ne peux que désirer agir pour la conservation de la vie. Pour la vie.

Je suis convaincue, comme beaucoup d’autres, que les solutions, pour être efficace, doivent être appliquées localement. En appliquant des changements dans notre vie quotidienne, des actes renouvelés tous les jours, nous initions de plus grands changements : économiser l’eau, manger sainement, juste ce dont nous avons besoin, construire avec des matériaux naturels, soigner différemment, travailler différemment…

Et je suis encore plus convaincu que ces actions sont efficaces si elles sont soutenues par un travail intérieur qui fait grandir la conscience de ce que nous sommes : développer la connaissance de nous-mêmes sur tous les plans, acceptez les sentiments les plus difficiles, pouvoir se rendre vulnérable, développer des relations harmonieuses, vivre la profondeur, dans une meilleure qualité d’énergie.

Or, « tout ce qui se passe à l’intérieur » se passe dans le corps, c’est notre espace de vie, partout et tout le temps, ici et maintenant. Il est un terrain privilégié d’action.

Depuis le temps que je pratique et enseigne l’énergétique corporelle, j’ai pu comprendre ce que d’autres ont compris avant moi : le corps n’est pas ce que notre culture nous inculque. Il n’est pas un objet « à entretenir » mais une réalité à vivre, un espace à explorer. Il est un moyen primordial d’action sur notre réalité.

[…]

La conscience corporelle se traduit par : je perçois le volume et l’espace de mon corps, je sais où je pose mes pieds, mes mains, comment je me tiens je peux coordonner des mouvements allant du plus simple au plus élaboré, je ressens mon équilibre, j’ai des sensations proprio-réceptives, et des tas d’autres encore…

Le développement de cette conscience corporelle est la base nécessaire, mais non suffisante : pour vivre autrement il nous faut faire advenir le Corps Conscient

Nicole Bernard, directrice de l’école Corps Vivant Corps Conscient, enseignante et formatrice de Tai Chi et Qi Gong

Les fondamentaux Corps Vivant Corps Conscient École Corps Vivant Corps Conscient Extrait des fondamentaux Corps Vivant Corps Conscient

Changer le sujet de l’attention

Nous avons une liberté dans la manière d’intégrer et posons des choix, automatique à court terme mais modifiables par l’attention, l’intention et l’entraînement.

Cette perspective sied à nos pratiques. Les arts corporels internes, pratiqués dans l’optique d’un corps vivant et conscient vont modifier durablement l’équilibre de la conscience en accroissant la place du corps, car c’est clairement par contraste avec notre usage courant du Moi (raisonneur et bavard) que va se faire la différence. Notre centre de gravité du soi n’est tout simplement plus le même.

Le Moi habituel, tend à être ponctuel, sans dimension ; le mouvement et le corps ne sont présents qu’à l’arrière-plan. Par contre, lors du Taï Chi Chuan, du Qi Gong et lors des pratiques posturales, respiratoires et méditatives, nous déplaçons le lieu de l’attention. Cela fait apparaître des parties de soi habituellement inconscientes, par exemple, des sensations internes (par opposition à la peau), ou le sens proprioceptif de la posture.

Différents lieux peuvent être inclus dans le Moi, et y contribuer leur « caractère » particulier : le Tan Tien, la région du cœur, le plancher pelvien et les organes génitaux, les membres, et en particulier les mains, le tronc, la tête, l’environnement. Et ce n’est là qu’un découpage très grossier. Puis nous pouvons revenir à un état concentré en un point (notamment, le Tan Tien), voire trouver un vide ou une absence de dimension, cette fois, non pas à partir de la capacité d’abstraction habituelle du moi, mais à partir d’autres instances qui ont par essence une localisation. Tout cela influence nécessairement notre conscience de nous-mêmes qui s’en trouve localisée, accrochés, étendu, et modifier qualitativement.

Jan Mattijs, enseignant de techniques vocales Corps Vivant Corps Conscient.
Notre vision du Tai Chi et du Qi Gong